8 Septembre 2005

Présentation du programme

Les études pour le développement d’un petit lanceur européen ont débuté au tout début des années 1990. À cette époque, ces travaux répondaient déjà à la préoccupation de l’Europe de disposer d’une gamme complète de lanceurs.

Historique du projet

Après ces études préliminaires et forte d'une expérience reconnue dans la maîtrise des propergols solides, l'agence spatiale italienne (Asi) a proposé en 1998 le développement du programme Vega.

Les 7 pays participants au programme, ont ensuite donné leur accord pour la phase de développement en décembre 2000.

La maîtrise d’ouvrage du programme est assurée par l’ESA alors que la maîtrise d’œuvre l’est par la Société italienne ELV.

La participation financière de la France est d’environ 20 %, le CNES est chargé quand à lui du développement du 1er étage P80. L’Italie finance le développement de Véga à hauteur de 65% (hors coût de développement de P80).

Des petits satellites pour des orbites proches

Lancé depuis le port spatial européen de Kourou, Vega répondra principalement aux besoins des petits satellites dont les orbites sont assez proches de la Terre.
Il s'agit en particulier de satellites scientifiques et d'observation de la Terre qui pourront être envoyés dans l'espace à des prix très compétitifs.

À terme, il est prévu que les lancements de Véga se succèdent avec une fréquence de 2 à 4 missions par an durant au moins 10 ans.

  • Vega, le plus petit lanceur de la panoplie européenne, emportera principalement des charges jusqu'à 2,5 t en orbite polaire ou en orbite basse.
  • Soyouz servira pour sa part à envoyer cette même gamme de satellites vers des orbites de transfert géostationnaire (GTO) ou des satellites plus importants vers des orbites proches.
  • Enfin, Ariane 5 peut envoyer jusqu'à environ 10 t vers l'orbite de transfert géostationnaire.
Cette gamme complète de lanceurs garantira à l’Europe sa pleine indépendance dans l’accès à l’espace.

Des coûts de lancement réduits

Un des principaux objectifs de Véga est de réduire au maximum les coûts de mise en orbite.

C’est pourquoi sont développés de nouveaux matériaux et procédés de fabrication à bas coûts. Ce lanceur réutilise également des technologies déjà éprouvées ainsi que des équipements existants, en particulier par Ariane.

Son coût devrait ainsi être inférieur d’environ 15 % par rapport à son équivalent américain.

Pour abaisser les coûts de lancement, toutes les synergies sont recherchées entre les programmes Ariane et Vega.
Véga profitera par exemple des ensembles de préparation de charges utiles (EPCU) qui servent à Ariane 5 et utilisera le site de l'aire de lancement ELA 1, autrefois dédiée à Ariane 1.

Le saviez-vous ?
Une nouvelle étoile est née
Vega est une des étoiles les plus brillantes du ciel qui se situe dans la constellation de la Lyre. On la repère facilement dans le ciel durant les mois d'été en début de soirée. Elle passe alors tout près du zénith. Elle forme avec Deneb du Cygne et Altaïr de l'Aigle le grand triangle de l'été. Le nom de Vega signifie également "Vettore Europeo di Generatione Avanzata" (vecteur européen de génération avancée).

 

Voir aussi